spectacles : Pomelo

De Ramona Badescu et Benjamin Chaud

Spectacle de Et Compagnie

Équipe artistique :
concption et interprétation : Guillaume Derieux et Maud Hufnagel Collaboration à la mise en scène : Lucie Nicolas

Durée 30 minutes
Pour 25 spectateurs à partir de 5 ans

Pomelo est un éléphant rose de la taille d’un radis. Il vit dans un jardin, se pose des questions et réfléchit le monde à la loupe. Son monde : un carré de potager qui s’ouvre sur l’univers . Ses interrogations : des bulles de philosophie poetico-absurde à partager au quotidien. A la liberté de ses questions, il n’y a pas de réponses évidentes. Reste au spectateur de tout âge à faire germer ses propres réponses. Pour donner à voir et entendre les questions de Pomelo, l’équipe de Et Compagnie utilise un Butaï, petit théâtre de bois japonais utilisé pour des spectacles de Kamishibaï (théâtre d’image en papier). Les deux manipulateurs musiciens déploient le potager de Ramona Badescu et Benjamin chaud mais la facétie de Pomelo ne cesse de leur jouer des tours.

CO-PRODUCTION TOTEM, CDN les Tréteaux de France, Et compagnie Avec le soutien de la Drac dans le cadre du dispositif « Rouvrir le monde », la médiathèque intercommunale la Durance et la Garance scène nationale de Cavaillon.

Création semaine du 12 décembre 2022 avec le TOTEM

l’équipe

Maud Hufnagel Marionnettiste diplô­mée de L’ESNAM en 2002. J’aime monter des spec­ta­cles avec ma com­pa­gnie en col­la­bo­ra­tion avec d’autres artis­tes issus de divers uni­vers. J’ai aimé tra­vailler en com­pa­gnie de Cyril Bourgois, d’Aurélie Morin, de Maréva Carrassou, de Lucie Nicolas, de Blaï Mateu et Camille Decourtye, d’Éric Deniaud…J’ai tra­vaillé dans des belles salles de spec­ta­cles mais aussi dans des écoles, dans des mai­sons de retrai­tes, dans des esca­liers et sur des toits d’immeu­bles au centre de Beyrouth dans un quar­tier aujourd’hui détruit, dans des gran­ges, dans des églises. J’ai joué et monté des textes de Suzanne Lebeau (Petit Pierre), Stéphane Jaubertie (Létée), Jalie Barcilon (Fly, Colton, fly), Jean-Claude Mourlevat (L’homme à L’oreille coupée), Patrick Kermann (La mas- tica­tion des morts). J’aime les textes et les his­toi­res. J’ai envie d’ajou­ter à ma cui­sine de comé­dienne-ma- rion­net­tiste-met­teure en scène, plus de terre, de céra­mi­que, plus de chant et de musi­que, plus d’air et d’exté­rieur.

Guillaume Derieux Fils de la ban­lieue, je rejoins à 18 ans le col­lec­tif la Traverse. Après de cour­tes études d’his­toire, un di- plôme d’assis­tant de ser­vice social et quel­ques années à Paris auprès de per­son­nes en grande pré­ca­rité, je gagne Marseille en 2007. Je crée la Kie Faire-Ailleurs en 2012, deviens crieur public dans le quar­tier de Noailles, par­ti­cipe à la cin­quième pro­mo­tion de la FAI-AR. Aujourd’hui je joue comme comé­dien avec Théâtre Group (La Jurassienne de Réparation, OLAF, En roue libre) et par­ti­cipe au Marché Noir du LUIT. Avec la Kie Faire-Ailleurs je joue dans des spec­ta­cles (Looser(s), C.R.O.C., Sol et Mona) en salle ou en es- pace public, spec­ta­cles que j’ai co-écrit et co-mis en scène. Je tra­vaille actuel­le­ment sur le pro­chain projet de la Kie, Nuque Rouge (sortie prin­temps 2023).

Lucie Nicolas Metteure en scène, diplô­mée de Sciences Po Paris, ayant appris « sur le tas » depuis 1994. J’aime écrire avec des maté­riaux divers (entre­tiens, archi­ves, images, chan­sons…), très sou­vent à partir du réel. J’aime tou­cher à tout et m’empa­rer de dis­ci­pli­nes et de tech­ni­ques inconnues de moi. J’aime que ce tra­vail soit mon école. J’entre­tiens depuis long­temps une forte com­pli­cité avec Maud Hufnagel (Petit Pierre, Ma- dame Rêve, Pisteurs). J’ai cofondé le col­lec­tif F71 avec Stéphanie Farison, Emmanuelle Lafon, Sara Louis et Lucie Valon. J’y ai co-signé et inter­prété 8 spec­ta­cles. J’ai mis en scène plus récem­ment Noire, roman gra­phi­que théâ­tral et SongBook, concert des­siné.J’asso­cie depuis tou­jours ate­liers et créa­tion. La repré- sen­ta­tion n’est pas close sur elle-même mais ins­crite dans un temps et un espace plus large qui ne sont pas seu­le­ment les nôtres.